Image default
Santé

Peut-on traiter un cancer avec la médecine non-conventionnelle ?

Peut-on traiter un cancer avec la médecine non-conventionnelle ?
Notez cet article

De plus en plus de patients atteints d’un cancer refusent le traitement conventionnel. Certains malades croient à tort que les thérapies prescrites aggravent leurs maladies. Dans ce contexte, ces personnes se tournent vers la médecine alternative. Pourtant, cette démarche n’est pas recommandée. Effectivement, les soins reçus ne permettront pas d’éradiquer les cellules cancéreuses et n’offrent aucun espoir de rémission.

Pourquoi des malades refusent-ils le traitement conventionnel ?

Quelle que soit la forme de cancer dont on souffre, le corps soignant prescrira une chimiothérapie. Il s’agit du traitement de référence pour les maladies dégénératives. Le procédé consistera à administrer des substances cytotoxiques dans le but d’éradiquer les cellules cancéreuses. Toutefois, ces molécules affectent également les tissus sains et leur prise sera éprouvante pour les souffrants. Ces derniers doivent notamment s’attendre à une perte d’appétit, à des troubles métaboliques variés, à des nausées récurrentes ainsi qu’à une chute de cheveux.

Malgré tout, ces effets indésirables ne traduisent pas forcément la progression de la maladie. Ils démontrent que le traitement agit réellement. Cependant, les médecins surveilleront l’état de santé de la personne concernée. Dans certains cas, une chimiothérapie entraîne une baisse importante du taux de globules blancs dans le sang. Lorsque ce chiffre est inférieur à un certain seuil, l’équipe soignante devra interrompre le traitement. Si cet état persiste, le malade souffrira d’un déficit immunitaire, et ce même s’il se remet du cancer.

La médecine douce ainsi que les thérapies alternatives ne soignent donc pas la maladie. Elles servent davantage à apaiser les maux du patient. Bon nombre de souffrants recourent par exemple à l’acupuncture ou à la sophrologie. Néanmoins, il existe également des moyens médicaux permettant de réduire les effets secondaires et augmenter ses chances de rémission. On pense notamment à l’approche de Beljanski.

À la découverte de l’approche de Beljanski

Aujourd’hui, on trouve sur le marché des plantes ayant de présumées vertus cancéreuses. Le Professeur Mirko Beljanski a découvert certains de ces végétaux pour ne citer que le Ginkgo Biloba. Ce biologiste a été effectivement un des précurseurs de la phytothérapie antitumorale. Ses recherches ont permis de développer des extraits naturels qui agissent en synergie avec des agents chimiothérapiques. Une fois consommés dans le cadre d’une chimiothérapie, ces produits favorisent la rémission du patient. Si certains d’entre eux ralentissent la multiplication des cellules malignes, d’autres renforcent les capacités immunitaires du souffrant pendant toute la durée de la cure. Dans ce contexte, ce traitement complémentaire offre de meilleures perspectives aux malades.

Ceci dit, d’autres membres de la famille Beljanski ont également continué les recherches pour lutter contre le cancer. Aujourd’hui, Sylvie Beljanski présente une approche scientifique innovante sur l’apparition et le traitement du cancer à travers son livre sur le cancer. Les personnes admises en soin palliatif ont tout intérêt à lire ce document. Ils y découvriront une autre manière d’appréhender leurs maladies. Dans tous les cas, les trouvailles réalisées au cours de ces deux dernières décennies permettront certainement de créer de véritables remèdes naturels dans le futur. Ces derniers apporteront davantage de bien-être aux souffrants. Plus de détails sur https://gagnerlaluttecontrelecancer.com/.

 

 

Related posts

Comment trouver une mutuelle santé pas chère

Journal

Comment ça marche l’arrêt du tabac par hypnose ?

Tamby

Pourquoi choisir le matelas en latex ?

Claude